JP Magazine v2 - шаблон joomla Оригами
Pour Une Interdiction Du Credit Renouvelable

Pour Une Interdiction Du Credit Renouvelable

Par quels moyens agir pour réguler le marché du prêt à la consommation ?

lire cet article sur le credit renouvelableDifficile d'imaginer notre société totalement débarrassée du crédit au vu notre stade de dépendance. Rien de surprenant, ce système est présenté comme le seul qui soit en mesure d'assurer la croissance et, en définitive, le bien-être de tous. Contester le principe du crédit revient à désavouer ce qui a permis le succès de nos entreprises, de nos avancées technologiques ou encore, ce qui a permis à de nombreuses personnes de devenir propriétaires de leur bien immobilier. Bien que l'enjeu ne soit pas de remettre en cause le principe même de l'endettement, la prolifération du crédit à la consommation et ses conséquences catastrophiques sur les familles est cependant un phénomène beaucoup plus alarmant.

De l'emprunt traditionnel et utile au prêt renouvelable généralisé

Certaines opérations nécessitent absolument un prêt bancaire pour leur concrétisation (affaires, chantiers, recherche, achat d'un appartement etc.). Du côté des ménages, le crédit personnel est aussi nécessaire pour un changement de voiture, construire une véranda ou assurer les études de ses enfants. En tout état de cause, il n'y a pas vraiment d'objections à émettre sur le principe même de l'endettement lorsqu'il sert à réaliser un projet précis. L'emprunteur n'a juste qu'à présenter des éléments prouvant sa bonne situation financière et le sérieux de son dossier pour obtenir un prêt par un établissement bancaire. Un type de crédit génère néanmoins de vives réactions parmi les associations de lutte contre le sur-endettement : les crédits renouvelables. Ces formes de crédit favorisent clairement les dérives, d'abord par leurs taux d'intérêt extrêmement élevés (autour des 20% en moyenne), mais également en raison de leur système de réserve qui se reconstitue au fil des remboursements. Plutôt rapide à souscrire, ce prêt donne la possibilité aux acheteurs de régler leurs achats en magasin ou en ligne avec une carte de crédit sur laquelle se trouve la marque de l'organisme prêteur. Là où il y a danger, c'est que ces moyens de paiement sont une incroyable tentation à acheter toujours plus, sans prendre conscience du niveau de remboursement demandé. Il n'y a aujourd'hui pas de mesure contraignante sérieuse sur ces prêts à la consommation, les établissements de financement peuvent donc imposer les conditions qu'ils souhaitent. Quelqu'un devra pourtant mettre un terme un jour à cette pratique.

En cas d'interdiction, les organismes financiers devront adapter leurs offres en remplaçant le prêt renouvelable par un prêt personnel à taux moins excessif.

Et si les banques fermaient l'accès au crédit, quelles seraient les solutions alternatives ?

Dans un premier temps, la disparition de la réserve de crédit serait une mauvaise nouvelle pour la grande distribution et du commerce plus globalement. Ce qui est compréhensible car beaucoup de consommateurs achètent des biens d'équipement avec une réserve d'argent. Malheureusement, rien ne dit que les établissements de crédit seraient d'accord pour distribuer des « petits prêts perso » pour combler la perte du crédit renouvelable et de son fort taux d'intérêt.
Dans ce cas, des mesures devront être prises pour favoriser d'autres canaux de distribution.

L'idée première serait que le gouvernement vienne épauler les grandes et petites entreprises de distribution afin qu'elles développent leur propre organisme de prêt. À terme, l'objectif serait de proposer un prêt dédié aux achats et dont le taux serait indexé sur celui du prêt personnel classique (mais plafonné). La gestion pourrait être attribuée à une entreprise semi-privée ou déléguée à une société externe et les administrateurs auraient un large pouvoir de décision. En cas de mise en place, il est possible d'imaginer que les acheteurs obtiendraient une carte de crédit associée à leur prêt, mais sans Comment remplacer le credit renouvelable ? système de réserve d'argent. Ainsi, ceux qui participeront à ce système posséderont leur propre appareil de financement.

La deuxième piste serait de financer les plate-formes de prêt entre particuliers déjà en place, voire de développer une plateforme publique qui jouerait le rôle d'intermédiaire entre les investisseurs et les emprunteurs. De cette manière, les investisseurs particuliers financeraient les acheteurs et ces derniers rembourseraient les sommes comme avec une banque. Si d'un point de vue technologique, il n'est pas extrêmement compliqué de développer une telle plateforme, le principal challenge serait de faire adhérer la population massivement et dans un court laps de temps afin de relancer le marché du crédit.


La dernière initiative serait de convaincre la BCE d'investir dans les établissements de crédit qui appartiennent à l'État français. L'avantage d'une telle opération, c'est que les fonds investis circuleraient dans l'économie réelle et quotidienne au lieu de servir à spéculer sur les marchés boursiers.

Website URL: